Cégep de Saint-Laurent

ZoneOption SENS

Vous êtes ici: Accueil » Études » Sciences humaines » Option SENS » Entretiens

Entretiens

Entretien avec Guillaume Couture, enseignant et ancien coordonnateur de l’Option SENS.

Pourquoi parle-t-on d’échanges Nord-Sud ?

Parce que l’Option SENS permet de couper les ponts entre stéréotypes que l’on associe nécessairement à ceux que l’on ne connait pas! Pour les étudiants et le corps professoral de l’Option SENS, partager la vie de familles paysannes et ouvrières d’Amérique latine reste le meilleur moyen d’entamer un dialogue qui, à long terme, aura de grandes répercussions sur les décisions politiques et économiques prises d’un côté comme de l’autre des frontières.

C’est bien vrai! Depuis 1987, 759 étudiants ont vécu l’expérience de l’Option SENS. Ajouté à cela ceux qui font parties d’autres projets, ça fait des milliers de personnes informées quant aux problèmes, aux enjeux et aux défis des pays du sud et à la façon dont fonctionne le monde.

Quels sont les buts et les objectifs poursuivis par l’Option SENS?

D’abord, l’objectif de l’Option SENS est d’utiliser le levier que constitue une institution comme le cégep de Saint-Laurent pour créer des liens solides avec des communautés latino-américaines, et ce dans le but d’appuyer les projets de nos partenaires outre-mer.

L’Option SENS c’est un programme de formation d’un an qui couvre un grand éventail de sujet. Permettre aux étudiants d’acquérir des connaissances sur l’Amérique Latin est aussi un des buts premiers de l’Option SENS.

De plus, l’Option SENS veut amener les étudiants à sortir des sentiers battus, tant sur le plan académique que sur le plan social et personnel ; leur donner envie de s’impliquer et de devenir des citoyens du monde.

Comment l’Option SENS œuvre à titre d’organisme à but non lucratif ?

À travers l’année scolaire, les étudiants et les professeurs de l’Option SENS travaillent d’arrache-pied pour fournir aux communautés d’accueil un montant d’argent qui puisse leur permettre de réaliser leurs projets les plus urgents. Depuis la création de l’Option SENS, quelques 250 000$ ont été investis dans toutes sortes de projets :  pour l’environnement, l’éducation, mais aussi pour la culture et le développement de certaines régions latino-américaines.  Dans le cadre de ses activités de financement, l’Option SENS a permis entre autre à plusieurs communautés de se procurer du matériel scolaire tout neuf, de reboiser leurs terres, de construire un moulin et de soutenir des initiatives locales.

Entretien avec Marianne Beaupré LaPerrière, étudiante de l’Option SENS, 2010

Si l’Option SENS avait trois vœux, quels serait-ils?

Faire de la coopération internationale une cause commune : utiliser les valeurs et les buts communs aux sociétés de Nord et du Sud pour poursuivre des objectifs dont les portées peuvent être à l’origine du changement vers un monde meilleur.

Créer une ouverture d’esprit face aux autres cultures : partager et grandir de l’échange qui nous permet tous et toutes de faire un pas en avant et de redéfinir les frontières entre l’ici et l’ailleurs.

Donner envie au plus grand nombre possible d’individus de s’impliquer pour une cause qui leur tient à cœur. Que ces individus aient des moyens à la hauteur de leurs ambitions et qu’ils puissent participer à un mouvement vers la justice sociale. Qu’ils se rappellent toujours que l’on fait des océans avec de petites gouttes d’eau.

En quoi le stage est le reflet de la formation d’un an offerte par l’Option SENS?

La formation de l’Option SENS nous permet d’acquérir des connaissances sur des sujets tous intimement liés à la coopération internationale et à l’échange culturel. Elle nous permet de comprendre l’origine des difficultés qui affligent l’Amérique latine, mais aussi d’en saisir l’ampleur et la complexité.

Par ailleurs, la formation nous permet de développer par rapport aux sociétés du Sud champ de connaissance qui dépasse largement ce que l’on nous présente à travers les médias. Le stage va dans le même sens : il nous permet de sortir des sentiers battus et de nous défaire de tous nos cadres de références. Il nous permet d’apprendre de ceux qui en apprennent autant de nous. L’Option SENS nous permet de nous surpasser, tant lors du stage que durant l’année qui le précède.

Qu’est-ce qu’un stage de l’Option SENS offre de particulier à Monsieur et Madame tout le monde ?

La possibilité de créer des liens hors du commun entre des individus dont le cadre de référence respectif est totalement différent. Si l’un et l’autre apprennent à sortir de leur zone de confort, ils doivent ensemble trouver un terrain commun pour bâtir une amitié. Suite à une expérience comme celle-là, c’est moins gênant de parler à son voisin! Le monde qui nous entoure; d’appuyer des initiatives et des projets à l’étranger; de se sentir interpellés même par une cause qui ne nous touche que de loin; de s’imprégner des coutumes et des traditions des autres, peut-être pour mieux trouver notre propre identité. Il offre à Monsieur et Madame tout le monde la chance de grandir tant sur le plan humain que sur le plan personnel.

Cégep de Saint-Laurent

625, avenue Sainte-Croix, Montréal (Québec) H4L 3X7
514.747.6521 - info@cegepsl.qc.ca

Nous joindre | Emplois | Médias | Conditions d'utilisation | Crédits

Le cégep de Saint-Laurent est un établissement public d’enseignement collégial qui offre de la formation préuniversitaire et technique aux étudiants détenant un diplôme d’études secondaires (DES).  Il offre aussi des services de formation continue aux adultes, aux entreprises et aux municipalités.

Connexion

Pour accéder au contenu réservé aux étudiants et au personnel du Cégep, veuillez d'abord vous connecter avec votre nom d'utilisateur et votre mot de passe du cégep (même que les postes de travail). Problèmes de connexion?